Le passage à une caisse unique coûterait des milliards

Article infosantésuisse


01.02.2014

Le passage à une caisse unique coûterait des milliards

L’initiative sur la caisse-maladie unique lancée par le PS laisse de nombreux points en suspens : combien de temps faudra-t-il pour changer de système ? Quels sont les risques et les frais auxquels il faut s’attendre ? L’Institut pour l’économie de la santé de Winterthour, qui s’est penché sur ces questions sur mandat d’alliance santé, estime à environ deux milliards de francs le coût du changement. Un chiffre* que même les initiants ne contestent pas.

Ce chiffre ne tient pas compte des difficultés avec l’informatique, les dépassements de budget étant pourtant monnaie courante dans des projets de cette envergure. La Confédération a ainsi déjà dû faire face à quelques couacs informatiques coûteux (voir encadré), qui sont susceptibles de se reproduire. Ce qui affaiblit considérablement l’argument des partisans de la caisse unique selon lequel il sera possible d’économiser environ 77 millions sur les frais actuels de publicité, de marketing et de commission. De plus, mêmes les entreprises publiques font de la publicité, à l’instar de la CFF. Selon l’étude, il faudra plus de deux décennies rien que pour amortir le changement de système. Pour une famille de quatre personnes, le changement de système représenterait une augmentation des primes d’un millier de francs.

Le changement prendrait jusqu’à quinze ans
Le passage à la caisse unique ne peut pas se réaliser d’un jour à l’autre. Il faudra dix à quinze ans pour mettre en place le siège principal et les agences cantonales, pour transférer ou recruter le personnel et pour implanter les systèmes informatiques. Par ailleurs, les deux systèmes devront inévitablement coexister pendant plusieurs années avec, pour corollaire, un doublement des coûts, estime l’étude. En outre, une caisse unique signifie que la répartition du personnel doit être effectuée en fonction du nombre d’habitants par canton. En conséquence, plus de 5000 personnes devraient aller travailler dans un autre canton. Deux milliards représentent un véritable magot, mais les coûts réels pourraient exploser, dans la mesure où l’étude se fonde sur un changement de système en douceur. De même, elle n’a pas tenu compte des modifications à long terme des frais d’administration et de santé qui découleraient du passage de la pluralité des caisses à une caisse en situation de monopole. De plus, elle est partie du principe qu’aucune migration de données ne sera effectuée et a aussi négligé les risques liés au projet, comme les risques informatiques.

SILVIA SCHÜTZ

* Anna Sax, membre du PS et auteure de l’étude « Einheitskasse – warum nicht ? », a qualifié l’étude de l’institut de Winterthour de plausible dans l’émission de la télévision alémanique Arena du 13 déc. 2013 consacrée à la caisse unique (« Auch wenn die 1,75 Milliarden kurzerhand auf zwei Milliarden aufgerundet werden. Das ist eine plausible Studie. »)

 

 

Interlocuteur

Documents

Informations complémentaires

Flops et couacs informatiques au niveau fédéral et cantonal
Synonyme depuis 2011 de désastre informatique dans l’administration fédérale, le projet « Insieme » a coûté 102,4 millions de francs aux contribuables et, dans la foulée, son poste au chef de l’administration des contributions. Ce projet n’a pas été qu’une gabegie financière. L’administration fédérale des contributions a également enfreint le droit en matière de marchés publics*. Cette année, des soupçons de corruption dans les approvisionnements informatiques pèsent sur le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) ; et récemment, la Centrale de compensation CdC de l’AVS à Genève a fait la une des journaux suite à l’attribution de projets informatiques sans appels d’offres. Une étude à long terme de McKinsey révèle par ailleurs que plus de la moitié des projets informatiques d’envergure explose les coûts prévus de 45 % en moyenne. Dans 17 % des cas, la perte de contrôle sur les coûts est telle qu’elle menace la survie de l’entreprise. Ces couacs à répétition devraient nous inciter à la plus grande prudence avant de nous lancer dans l’aventure de la caisse unique.

* Tages-Anzeiger, 17 mai 2013 (www.tagesanzeiger.ch/schweiz/InsiemeInformatikdesaster-kostet-1024-Millionen-/story/17807191)