Communiqué


retour
03.11.2020

Ce dont les payeurs de primes ont réellement besoin

6e Congrès de novembre de santésuisse: Diffusion en direct sur www.santésuisse.ch/fr/novemberkongress

Le système de santé suisse repose sur un financement très solide, qui permet aux assureurs-maladie de fournir une contribution importante pour faire face à la crise sanitaire actuelle. Néanmoins, le montant des primes représente d’ores et déjà une charge élevée pour de nombreux assurés. De véritables réformes s’imposent si nous voulons garantir un financement pérenne des primes. Les propositions ne manquent pas, qu’elles proviennent du Conseil fédéral, des fournisseurs de prestations, des assureurs-maladie ou des partis politiques. Quelles sont les mesures efficaces et de quoi les payeurs de primes ont-ils réellement besoin? Tel est le thème du 6e Congrès de novembre de santésuisse, qui se tiendra en mode virtuel le 3 novembre 2020, avec diffusion en direct sur www.santesuisse.ch/fr/novemberkongress (à partir de 9h15).

Le système de santé suisse se distingue par l’accès à une vaste gamme de prestations médicales, sans délai d’attente, pour tout un chacun. Cette offre très importante aux yeux de la population doit absolument être préservée sur le long terme. Pour cela, il faut impérativement mettre un frein à la hausse continue des coûts de la santé. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons, à l’avenir aussi, garantir un accès aux prestations de santé à tout un chacun.

Les payeurs de primes sont en droit d’attendre que les coûts et, partant, les primes ne poursuivent pas leur ascension incontrôlée. En tant que patients, ils sont tout autant en droit d’attendre les meilleurs traitements possibles. Le 6e Congrès de novembre de santésuisse, organisé cette année en mode virtuel, s’est penché sur les pistes proposées par le Conseil fédéral, les fournisseurs de prestations, les assureurs-maladie et les partis politiques pour développer le système de santé. Les intervenants ont présenté les mesures, parmi celles proposées, qui permettent d’éviter des coûts inutiles sans pour autant rogner sur les prestations ou la qualité.

Éliminer les incitations négatives coûteuses

Le Surveillant des prix Stefan Meierhans a réalisé une analyse centrée sur les deux mesures présentant le plus gros potentiel de réduction des coûts: il appelle d’une part à lever le principe de territorialité pour les médicaments, de sorte que les assureurs-maladie puissent rembourser les médicaments achetés à l’étranger. D’autre part, il préconise pour les patients l’obligation de faire appel à un «gate keeper» (premier interlocuteur pour les soins), qui assure la coordination des étapes de traitement suivantes. 

Stefan Felder, professeur en économie de la santé à l’Université de Bâle, a insisté sur l’urgence de réformer la rémunération des prestations ambulatoires, en précisant que les incitations négatives conduisent à une hausse indésirable du volume des prestations. Le recours à des forfaits ambulatoires est pertinent dans les domaines qui s’y prêtent afin d’optimiser les processus et de réduire les frais de traitement.

Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de H+, est convaincue que les forfaits ambulatoires sont un pas important vers l'avenir et un moyen de sortir de l'impasse tarifaire actuelle. «70 à 75% des prestations ambulatoires hospitalières, voire encore davantage à l’avenir, peuvent être rémunérées par des forfaits», a estimé la directrice de H+.

Le professeur Michele Genoni, président de la FMCH (Association suisse des médecins avec activité chirurgicale et invasive), a souligné les avantages des 75 tarifs forfaitaires applicables aux interventions ambulatoires négociés par son association avec santésuisse. Ces forfaits garantissent un prix identique pour une prestation identique. De plus, la facturation devient ainsi transparente pour les fournisseurs de prestations, les assureurs-maladie et les patients, sans compter que le contrôle des factures s’en trouve simplifié et la charge administrative diminuée.

Éviter les coûts inutiles et inefficaces

Selon une étude de l’OFSP, jusqu’à 19% des coûts de la santé pourraient être économisés grâce à une efficience accrue et à une réduction des traitements inutiles. Le Parlement tout comme l’ensemble des acteurs sont donc invités, dans l’intérêt des payeurs de primes, à soutenir les mesures visant à freiner la hausse des coûts. Font partie de ces mesures les forfaits ambulatoires, une planification supracantonale coordonnée de l’approvisionnement en soins et le système des prix de référence pour les génériques.

Interlocuteur

Documents


Informations complémentaires

Association faîtière des assureurs-maladie suisses, santésuisse défend un système de santé libéral, social, financièrement supportable, une gestion efficiente des moyens et des prestations de santé de bonne qualité au juste prix.