Article infosantésuisse


06.07.2021

Tribune de Marco Chiesa, conseiller aux États et président de l'UDC

COVID-19: entre défi et opportunité

En mars 2020, le Tessin a été le premier à mesurer l’ampleur du défi que re-présentait le COVID-19 pour la Suisse. Aujourd’hui, l’impact socioéconomique est connu de tous. Même s’il est encore trop tôt pour une évaluation définitive, il est clair que si le virus a causé beaucoup de souffrance, il a aussi a été porteur d’opportunités: un peu comme si l’avenir naissait déjà des cendres, alors que le feu n’est pas encore éteint.
Au Tessin, le COVID-19 a donné naissance à une collaboration sans précédent au sein du système de santé: les hôpitaux publics et privés ont coordonné avec succès la prise en charge des patients COVID sans laisser pour compte les personnes atteintes d’autres maladies. Ensemble, ils ont augmenté le nombre de lits en soins intensifs, ils ont fait appel aux spécialistes médicaux là où leur intervention pouvait avoir le plus grand impact et ils ont traité les patients COVID dans leurs propres structures hospitalières.
Tous ces efforts commencent à porter leurs fruits: des particuliers ont récemment développé une importante offre de suivi destinée aux personnes souffrant du COVID long. Avec le soutien de différents fournisseurs de prestations, la société Hospithome basée à Massagno propose un système de surveillance à domicile des patients souffrant du COVID. Entre autres financé par le canton, ce projet vise à encadrer en continu les personnes contaminées et particulièrement à risque à l’aide d’applications numériques. Concrètement, les paramètres vitaux des patientes et des patients sont mesurés et transmis en temps réel au médecin traitant. Visites médicales et séjours hospitaliers superflus sont ainsi évités et les personnes concernées sont bien surveillées malgré tout. En 2020, 420 patientes et patients ont été suivis de cette manière et les résultats sont encourageants!
La pandémie n’a pas accéléré la numérisation du système de santé uniquement au Tessin, mais dans toute la Suisse. Les fournisseurs de prestations et les assureurs-maladie ont facilité l’accès aux prestations de télémédecine partout où cela était possible – on ne peut que s’en réjouir. Les modèles alternatifs d’assurance, particulièrement prisés des assurés, ont également poursuivi leur croissance l’an dernier et ont même connu un véritable essor chez certains assureurs. Cette évolution démontre l’existence bien réelle de l’intérêt des patients pour une consultation médicale de premier recours à distance. Cette dernière permet en effet d’économiser du temps et de l’argent, et évite les visites médicales superflues.
À l’avenir, le recours aux prestations de télémédecine va se banaliser. Les nouvelles technologies modifient la prise en charge médicale. Pour autant, cette évolution recèle aussi de nouveaux défis, notamment dans le domaine de la protection des données. De nombreuses barrières culturelles doivent notamment être surmontées. Le dossier du patient doit être un outil novateur de l’avenir. Cet instrument, entre autres, nous offre l’opportunité d’augmenter l’efficience du système de santé afin que nous obtenions encore plus de prestations pour les primes que nous payons.

Interlocuteur