«La rotation» n’est plus une obligation»

Article infosantésuisse


01.10.2017

Formation d’apprentis décentralisée

«La rotation» n’est plus une obligation»

Depuis des années, la formation d’employé de commerce repose sur un principe qui fait sa force: découvrir un nouveau domaine d’activité tous les quelques mois. Certains assureurs-maladie font aujourd’hui preuve d’innovation en créant des places d’apprentissage dans un Service Center. Mais la possibilité de rotation y est très limitée de sorte qu’ils doivent trouver un moyen pour que les apprentis acquièrent les connaissances nécessaires en dépit du domaine «monothématique». Une telle démarche est-elle viable et quels sont les facteurs de réussite? Réponse avec l’exemple de CSS Assurance.

Le secteurdel’assurance-maladien’ignore pas l’importance d’une formation de base solide pour la relève – les moyens investis le prouvent. La formation d’employé de commerce santésuisse jouit d’une excellente réputation. En 2017, 85 apprentis ont obtenu leur certificat fédéral de capacité (CFC) après trois années intenses de formation. Le taux de réussite à l’examen pour la partie entreprise s’est élevé à 100%!

Plus de places d’apprentissage grâce à une formation décentralisée

La formation de base d’employé de commerce n’exige toutefois pas seulement des efforts de la part des apprentis, de leur famille et de leur entourage. Les entreprises formatrices, autrement dit les assureurs-maladie, sont elles aussi mises à contribution. Certaines d’entre elles ont fait le choix d’une formation décentralisée, y voyant une façon de répondre à la forte demande en places d’apprentissage et au besoin croissant en spécialistes qualifiés. Elles ont du coup créé des places d’apprentissage supplémentaires. Par «décentralisée», on entend une formation où les apprentis ne sont pas obligatoirement basés au siège social de l’assureur et passent de service en service afin d’apprendre les processus clés et de support sur le tas. Une formation décentralisée signifie que les futurs employés de commerce CFC santésuisse accomplissent l’intégralité de leur apprentissage au sein d’un seul et même service, comme le Service Center, le Support Center ou le centre d’encaissement d’un assureur-maladie.

CSS Assurance pionnière en la matière

C’est à CSS Assurance que l’on doit l’idée d’une formation d’employé de commerce décentralisée dans la branche de l’assurance-maladie. L’assureur lucernois s’est rendu compte bien avant les autres que les services externes pouvaient eux aussi faire office d’entreprises formatrices – une solution qui a en outre l’avantage d’offrir nettement plus de places d’apprentissage. Seul impératif: même dans un environnement «monothématique», les apprentis doivent bénéficier du programme de formation complet. Car à l’issue de leur formation, tous les apprentis passent le même examen. Steve Marra, responsable de la formation professionnelle à CSS, explique à infosantésuisse les moyens mis en place par l’entreprise pour relever ce défi: «Parallèlement à la transmission du savoir dans l’entreprise formatrice, nous avons conçu une formation décentralisée qui s’articule autour de plusieurs axes. Ainsi, les cours déjà proposés en interne sont désormais complétés par des méthodes et des programmes d’apprentissage informatisés développés par nos soins; je pense notamment à une application dédiée à la formation professionnelle. Concernant la formation des apprentis, nous recourons sans réserve à l’offre de formation complète de santésuisse. Nos apprentis ont dix-huit journées de cours interentreprises et de cours de connaissance de la branche directement auprès de santésuisse. Toutefois, et il s’agit là d’un point décisif, toutes ces mesures ne peuvent porter leurs fruits que si nos apprentis saisissent à quel point il est important de faire preuve d’esprit d’initiative et de motivation. Ils doivent accepter le fait que toutes les matières d’examen ne leur sont pas servies sur un plateau, mais que la réussite dépend aussi d’eux. En d’autres termes, on attend d’eux qu’ils aillent chercher activement les connaissances requises et qu’ils s’autogèrent pour ainsi dire, afin d’atteindre les objectifs didactiques fixés. Cette démarche est certes exigeante, mais elle a fait ses preuves dans la pratique. Les excellents résultats obtenus aux examens de fin d’apprentissage 2017 en attestent.»

Un travail de persuasion reste nécessaire

Concordia s’est à son tour laissé convaincre du bien-fondé d’une telle formation décentralisée. Dès 2018, l’assureur lucernois proposera respectivement deux places d’apprentissage dans ses Service Centers de Schönenwerd et de Zurich pour une formation d’employé de commerce santésuisse. Cette évolution ne peut que réjouir Mathias Hurni, responsable de projet Formation commerciale initiale chez santésuisse: «Il reste certes encore des efforts à faire pour convaincre les assureurs de ce mode de formation, mais cela fait partie de ma mission et le succès finit par être au rendez-vous. Surtout si l’on considère qu’à l’issue de leur formation, plus de 90% de nos apprentis obtiennent un poste soit directement dans l’entreprise formatrice, soit ailleurs dans la branche. On peut donc affirmer sans sourciller que la branche ne se contente pas de former des apprentis, mais qu’elle veille aussi en permanence à former sa propre relève en spécialistes et cadres, avec un franc succès. La réussite de cette politique se reflète dans l’intérêt constant porté aux cursus supérieurs de formation et de perfectionnement. Un argument de plus pour convaincre nos entreprises formatrices d’adopter ces nouveaux modèles de formation.» (SST)

Susanne Steffen

Interlocuteur