Communiqué


retour
03.04.2020

Les questions de financement ont été majoritairement clarifiées

Les réserves aideront à surmonter la crise

Les réserves des assureurs-maladie garantissent le financement des coûts subis par les hôpitaux, les médecins et les patients pendant la crise du coronavirus.  

La prise en charge médicale des patients infectés par le coronavirus est actuellement un défi majeur pour notre système de santé. Le nombre de cas nécessitant une hospitalisation – éventuellement même en soins intensifs – est déjà élevé dans les cantons les plus touchés. Les médecins et les infirmiers font un travail extraordinaire. L'ampleur des coûts supplémentaires engendrés par la pandémie n'est pas encore prévisible. Les assureurs-maladie supporteront une grande partie de la charge financière. C'est à cela que sert l'assurance-maladie sociale.

Les réserves garantissent le financement des prestations de santé lors d’une crise

Pour faire face aux situations extraordinaires, les assureurs-maladie disposent de réserves qui leur servent à couvrir des coûts supplémentaires inattendus. Les exigences légales garantissent des réserves suffisantes même en cas de crise. La plupart des assureurs-maladie disposent de réserves supérieures au montant minimal exigé par l’autorité de surveillance (OFSP). Les réserves des assureurs-maladie atteignaient un montant total d’un peu plus de 8 milliards de francs début 2019, ce qui correspond aux dépenses de trois à quatre mois. Les coûts totaux dans l’AOS se montent chaque année à quelque 33 milliards de francs.

La situation à laquelle nous sommes actuellement confrontés souligne l’importance de disposer de réserves suffisantes pour permettre aux caisses-maladie de conserver leur capacité d’agir lors d’une crise. La gestion de la pandémie au cours des prochaines semaines révèlera si la part des réserves dépassant le minimum légal est suffisante pour couvrir les coûts extraordinaires. Si certains assureurs-maladie devaient avoir besoin de davantage de moyens financiers, ils pourront par la suite reconstituer leurs réserves sur plusieurs années afin d’éviter ainsi une charge financière excessive pour les payeurs de primes.

Les questions de financement ont été majoritairement clarifiées

Le 31 mars 2020, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a édicté des directives concernant la prise en charge des coûts des patients atteints du coronavirus soignés dans les hôpitaux. Les questions concernant le financement du secteur stationnaire sont donc clarifiées. Le Département fédéral de l'intérieur (DFI) avait déjà réglementé au préalable le remboursement des tests de dépistage du coronavirus.

Interlocuteur

Documents


Informations complémentaires

Association faîtière des assureurs-maladie suisses, santésuisse défend un système de santé libéral, social, financièrement supportable, une gestion efficiente des moyens et des prestations de santé de bonne qualité au juste prix.