Plus complet, plus convivial, clair

Article infosantésuisse


01.04.2017

www.hostofinder.ch

Plus complet, plus convivial, clair

La présidente de kf Babette Sigg Frank

Depuis son lancement il y a un peu plus d’un an, l’hostofinder de santésuisse a su s’établir comme une véritable plateforme d’information. Ce comparateur de la qualité des hôpitaux suisses enregistre à ce jour plus de 35000 utilisateurs, soucieux de connaître la qualité d’un hôpital avant de faire un choix. Le portail www.hostofinder.ch a fait peau neuve: plus riche, il comprend notamment des types d’hôpitaux, des critères de qualité, des tableaux cliniques et des fonctions de recherche supplémentaires.

Le Forum des consommateurs (Konsumentenforum kf) est associé depuis le début à l’hostofinder. infosantésuisse a interrogé sa présidente, Babette Sigg Frank, sur l’engagement de son organisation auprès du comparateur des hô- pitaux.

Madame Sigg, les assureurs-maladie et le Forum des consommateurs ne sont pas toujours du même avis. Or, vous avez soutenu dès le début l’idée d’un «hostofinder». Pourquoi?

Les raisons sont multiples. D’une part, nous avons apprécié l’idée que les assurés et les consommateurs puissent s’informer facilement et de façon complète sur la qualité des soins et la satisfaction des patients dans les hôpitaux de soins aigus. C’est un pasimportant vers davantage de transparence au niveau de la qualité des prestations médicales. D’autre part, il nous importait que l’exploitant du comparateur soit compétent et digne de confiance. Avec santésuisse comme partenaire, ces conditionssont remplies!

Cette plateforme d’information est en ligne depuis plus d’un an. Quel succès rencontre-t-elle auprès des consommateurs?

Noussommesrarementsollicités au sujet de l’hostofinder, mais il n’y a rien d’étonnant à cela. Les consommateurs nous contactent surtout lorsque les choses ne se déroulent pas comme prévu. Peut-être ce site est-il encore trop peu connu des consommateurs finaux. À mon sens, il devrait faire l’objet d’une plus grande publicité. J’identifie clairement un potentiel à ce niveau.

L’hostofinder aide les payeurs de primes à faire un choix éclairé parmi les hôpitaux existants. Les assurés ne risquentils pas de se sentir dépassés?

Il y a sans nul doute des patients qui se sentent dépassés par une telle abondance d’informations et qui préfèrent laisser le choix de l’hôpital à leur mé- decin. À l’inverse, nous avons constaté que nos propres « clients du forum kf»

Autrefois, les médecins envoyaient leurs patients à l’hôpital le plus proche sans que cette décision soit rarement remise en cause. Aujourd’hui, les patients disent où ils souhaitent être soignés. Doit-on saluer cette évolution ou y voir la conséquence plutôt discutable d’une société de consommation à outrance?

En Suisse, nous jouissons évidemment d’une situation privilégiée quant au choix de l’hôpital. Pour autant, je ne parlerais pas d’une société de consommation à outrance. On assiste plutôt à un bouleversement observé ces dernières années dans les rapports entre le médecin et le patient. La relation a davantage un caractère de partenariat; remettre les choses en question est désormais autorisé. Sans compter que le patient est généralement bien informé et veut avoir son mot à dire dans les décisions importantes qui touchent à sa santé. Le dialogue entre le médecin et le patient s’en trouve radicalement modifié – une évolution dont le Forum des consommateurs se réjouit grandement.

La prochaine étape consistera-t-elle à proposer des portails d’évaluation ré- gionaux pour les médecins de famille, les gynécologues ou les pédiatres? En d’autres termes, verra-t-on se mettre en place une sorte de «Trip Advisor» pour les médecins dans le domaine ambulatoire?

Les portails d’évaluation des soins ambulatoires représentent effectivement la prochaine étape. Ils sont pour ainsi dire la conséquence logique de l’hostofinder. Les évaluations doivent toutefois impérativement se baser – et c’est là un facteur déterminant – sur des critères objectifs, définis à l’échelle nationale. Les appréciations de patients satisfaits ou frustrés sont à bannir car, tout comme pour Trip Advisor, elles reflètent sans doute le plus souvent une opinion personnelle et n’aident guère à prendre une décision.

Qui dit meilleure qualité dit souvent coûts plus élevés. En est-il également ainsi, selon vous, dans le secteur de la santé?

La bonne qualité se paie, c’est un fait. La facture de prime mensuelle de l’assurance-maladie en constitue la meilleure preuve. En même temps, ce sont les consommateurs qui exigent des prestations de pointe, surtout dans le secteur de la santé. Cette contradiction a tendance à être occultée. Reste toutefois à savoir si une bonne qualité doit effectivement devenir plus chère d’année en année. Pour formuler la question autrement: ou fixe-t-on la limite?

Autre affirmation: une meilleure qualité et une transparence accrue passent par un échange électronique de données entre les fournisseurs de prestations concernés. Partagez-vous ce point de vue?

Tout à fait! Depuis des années, je suis une ardente défenseuse du dossier électronique du patient. J’espère que les choses bougeront enfin dans ce domaine! Si les différentsfournisseurs de prestationsimpliqués dans un cas ont tous accès aux mêmes données, cela évite de multiplier inutilement les examens ou de réaliser deux, voire trois fois, des analyses médicales ou des radiographies. Non seulement il en découle des économies substantielles, mais la qualité des soins est également améliorée. Dans tous les cas, les assurés sont gagnants.

Le Forum des consommateurs s’engage depuis longtemps pour que les patients soient bien informés, qu’ils connaissent et exercent leurs droits. Selon vous, quel rôle jouent les assureurs-maladie dans ce domaine?

Ils interviennent essentiellement au niveau de la diffusion d’informations, mais aussi du conseil et, jusqu’à un certain degré, de la prévention. Je tiens à souligner que sur ces points, les assureurs-maladie ont réalisé de grands progrès au cours des années passées. Aujourd’hui, ils ne sont plus seulement des organismes payeurs, mais sont de plus en plus souvent des promoteurs de la santé et des coaches auprès des patients. Même s’il va de soi que ces efforts ne sont pas désintéressés, ils n’en donnent pas moins aux assurésla possibilité de prendre des décisions éclairées, réfléchies et responsables concernant leur propre santé. (SST)

Susanne Steffen

Interlocuteur

Informations complémentaires

www.hostofinder.ch -plus complet et plus clair

santésuisse et le Forum des consommateurs kf ont procédé à une refonte totale de l’hostofinder un an à peine après son lancement; le design a lui aussi subi un lifting. Désormais encore plus complet et plus convivial, l’hostofinder affiche la même transparence et la même traçabilité des données scientifiques. Tour d’horizon des principaux ajouts et améliorations.
Désormais, il est possible de comparer également la qualité des hôpitaux psychiatriques et des cliniques de réadaptation. Les données proviennent de l’ANQ (Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques). Les cliniques de réadaptation sont comparées sur la base de la satisfaction des patients et les hôpitaux psychiatriques, à l’aune de leur efficacité dans l’amélioration des symptômes ressentis Des tableaux cliniques/diagnostics, qui manquaient jusque-là pour les hôpitaux de soins aigus, ont été ajoutés. C’est ainsi que des domaines tels que la gériatrie, les transplantations ou la dermatologie figurent dorénavant dans l’hostofinder. Entre autres nouveautés, citons également les ajouts apportés dans la rubrique gynécologie, qui inclut à présent les chiffres fréquemment demandés sur les naissances et les césariennes. Ces données sont communiquées par l’Office fédéral de la santé publique.
Par souci de simplification, le filtre de recherche intègre dorénavant la recherche en texte libre. De cette façon, l’utilisateur peut trouver directement les indicateurs de qualité d’un hôpital donné.
Le site hostofinder.ch est à présent doté d’un assistant, dont le principe consiste à mener un dialogue pour guider les utilisateurs vers la comparaison souhaitée. Ce «chatbot», ou agent conversationnel, simplifie la recherche de l’hôpital pour les patients qui rencontrent des difficultés avec la recherche par filtre. Il s’agit d’un service unique qu’aucun autre comparateur d’hôpitaux ne propose. (GPA)