Point de vue d'Yves Seydoux dans Le Temps du 13 avril 2018

Point de vue


13.04.2018

Point de vue: Contrôle de factures

Point de vue d'Yves Seydoux dans Le Temps du 13 avril 2018

Réponse de Santésuisse au Dr Haury

Dans une récente lettre de lecteur, l’ancien politicien et médecin Jacques-André Haury affirme, péremptoirement, que les assureurs n’ont aucun intérêt à contrôler les coûts de la santé. A l’appui de sa démonstration, l’absence de dénonciations des médecins millionnaires et autres fraudeurs de TarMed, le tarif médical ambulatoire. Cette forme de dénonciation, de la part d’un ancien politicien de la santé, surprend et étonne. En effet, un assureur qui, sciemment, laisserait filer les coûts se condamne lui-même à perdre ses assurés. Les primes, déjà lourdes, augmenteraient encore plus et feraient fuir ses clients vers d’autres concurrents, plus rigoureux, et dont les dépenses sont mieux maîtrisées.

La preuve, le contrôle des factures, et partant des coûts, permet de réduire de quelque 10%, en moyenne annuelle, la facture LAMal, qui atteint aujourd’hui plus de 30 milliards de francs, montant occasionné par les quelque 120 millions de factures contrôlées chaque année, dont le 70% électroniquement. Quant aux médecins trop dispendieux, ils sont confrontés à des procédures de restitution, parfois longues et lourdes, si les surcoûts sont avérés. D’ailleurs, ils sont les premiers à se plaindre des assureurs trop tatillons dans le contrôle auquel ceux-ci les soumettent. Ils n’hésitent pas à parler de mesures contraignantes, les empêchant de se consacrer, avec toute l’intensité requise, aux soins de leurs patients. Docteur Haury, pour alimenter le débat sur la maîtrise des coûts de la santé, il y aurait mieux à faire que la tenue de propos gratuits et peu documentés.

Interlocuteur

Informations complémentaires

Ce point de vue est paru initialement dans Le Temps du 13 avril 2018