Record absolu pour les prix des médicaments

Article infosantésuisse


01.02.2017

Record absolu pour les prix des médicaments

Le prix moyen d’un emballage de médicament sur la liste des spécialités a plus que doublé depuis 2003. Une évolution préoccupante sur laquelle les assureurs-maladie n’ont que peu d’influence.

La liste des spécialités (LS) englobe tous les médicaments pris en charge par l’assurance de base. Les assureursmaladie remboursent les prix publics, qui comprennent les coûts de fabrication et de distribution (pharmacie, médecin, hôpital, grossiste).
Le prix moyen d’un médicament, marge non comprise, est un indice de l’évolution des prix sur le marché des médicaments. Ce prix moyen correspond à la somme de tous les prix divisée par le nombre d’emballages. Le graphique documente la hausse continue du prix moyen par emballage de CHF 104 en 2003 à CHF 211 en janvier 2017. D’une manière générale, cette évolution s’explique par l’introduction de nouveaux emballages qui dépassent le prix moyen des anciens emballages. De plus en plus de médicaments sont en outre classés parmi les médicaments dits«orphelins», c’està-dire des médicaments utilisés pour soigner des maladies rares et pour lesquels les règles en matière d’enregistrement et de formation des prix sont différentes.

 

Prix moyen par emballage sur la liste des spécialités

 

Des mécanismes insatisfaisants qui font grimper les prix

On ne peut que se demander, face à cette évolution, si les critères d’efficacité, d’économicité et d’adéquation sont respectés dans le domaine des médicaments conformément à la volonté du législateur. Et si les nouveaux médicaments procurent des avantages correspondants à leurs coûts voire s’ils valent leur prix souvent élevé. Les prix ont également grimpé car de nouveaux médicaments ont sans cesse été inscrits sur la LS sans que dessuppressions n’aient été effectuées en contrepartie.
Le nouveau programme d’«évaluation des technologies de santé» (ETS ou HTA) de la Confédération est une initiative positive à cet égard. Il permettra de vérifier systématiquement les critères d’admission sur la LS de nouveaux médicaments. Les contrôles n’auront toutefois lieu que sur demande et dans des cas bien précis. Trois années au moins pourront passer avant une éventuelle suppression ou limitation d’utilisation. C’est bien plus long que la durée de traitement d’une demande pour faire inscrire un médicament sur la liste des spécialités. De plus, il incombe à l’Office fédéral de la santé, et à lui seul, de dé- cider de l’admission et du prix d’un médicament. Les assureurs-maladie doivent accepter les décisions sans aucun moyen de recours.

Dr. Andres Schiesser

Interlocuteur