Prises de position de santésuisse

Ci-dessous vous trouverez les prises de position de santésuisse aux consultations consultations de la Confédération et des cantons sur les questions concernant les assureurs maladie.



02.11.2018
Consultation

santésuisse rejette l'adaptation de l’ordonnance concernant les contributions aux soins et la détermination des besoins en soins

santésuisse rejette la proposition du DFI pour l'adaptation de l’ordonnance concernant les contributions aux soins et la détermination des besoins en soins. L'assurance-maladie obligatoire (OKP) contribue avec un montant fixe aux coûts des soins, la participation des patients est clairement définie et limitée à un maximum et les cantons prennent en charge le reste du financement. santésuisse ne voit donc aucun avantage à baisser les taux de contribution pour les soins ambulatoires tout en les augmentant pour les soins hospitaliers. L'adaptation des taux de contribution prévue à l'art. 7a OPAS est également contraire à la volonté du législateur et viole le principe de la neutralité des coûts conformément à la LAMal. L'adaptation proposée par le DFI ferait peser une charge supplémentaire de près de 100 millions de francs sur les assurés. Or l’assurance-maladie prend déjà en charge l'essentiel des coûts des soins de longue durée. santésuisse rejette également la proposition du DFI d’élargir les compétences du personnel infirmier car il y a lieu de craindre une augmentation du volume des prestations. Lors de sa séance du 9 mars 2018, le Conseil fédéral s'est prononcé en faveur du rejet de l'initiative populaire « Pour des soins infirmiers forts (initiative soins infirmiers) ». santésuisse refuse donc d'introduire des éléments centraux de l'initiative par voie d’ordonnance avant que le Parlement et les électeurs aient eu la possibilité de s'exprimer.


04.10.2018
Consultation

santésuisse soutient l’introduction du droit d’opposer un véto à une ordonnance

santésuisse est favorable à l’introduction du droit d’opposer un véto à une ordonnance pour offrir au Parlement une option complémentaire. Dans le domaine de la politique de la santé notamment, de nombreuses ordonnances et modifications d’ordonnance du Conseil fédéral ou du département compétent (DFI) ont été édictées au cours des dernières années, alors qu’elles allaient à l’encontre de l’opinion majoritaire de l’Assemblée fédérale. Certaines de ces ordonnances ont été décidées sans que les assureurs-maladie directement concernés n’aient été consultés. santésuisse mise donc sur l’effet préventif du droit d’opposer un véto aux modifications d’ordonnance non soutenues par le législateur. N'existe qu'en allemand


20.09.2018
Consultation

santésuisse soutient en principe le financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires

La majorité des membres de santésuisse soutient en principe la modification proposée de la loi EFAS. Le financement inégal à l’heure actuelle engendre des incitations inopportunes chez les acteurs. Lors du choix du traitement médical, la situation médicale du patient doit primer et non les intérêts financiers des fournisseurs de prestations – les critères EAE de la LAMal étant déterminants. Dans le cadre de l’approvisionnement en soins ambulatoires, les cantons occupent aussi une position centrale. Le projet de pilotage des admissions, dont le message a été adopté par le Conseil fédéral le 9 mai 2018, prévoit d’attribuer aux cantons encore beaucoup plus de compétences. Toutefois le domaine stationnaire est le seul pour le moment où les cantons supportent directement les conséquences financières de leurs décisions. Si le financement uniforme est instauré, ils auraient aussi à respecter des obligations (de financement) dans le domaine ambulatoire. santésuisse soutient en particulier la proposition de révision de la CSSS-N, selon laquelle l’EFAS doit être mise en œuvre en garantissant la neutralité des coûts et en excluant les prestations de soins du financement uniforme. En effet, le nouveau régime de financement des soins entré en vigueur le 1er janvier 2011 est basé sur des règles spécifiques. santésuisse rejette résolument tout amalgame entre ces deux règlements. N'existe qu'en allemand


11.09.2018
Consultation

Prise de position de santésuisse concernant les standards et normes dans le domaine de la santé mobile: le bénéfice médical des applications mobiles de cybersanté est flou

n'existe qu'en allemand Dans sa prise de position sur la consultation pour la connexion d’applications mobiles de cybersanté au dossier électronique du patient (DEP), santésuisse approuve fondamentalement que les standards et normes internationaux établis ou en cours d’établissement servent d’orientation. Il convient toutefois de s’interroger sur la priorité à accorder à l’heure actuelle à la connexion des données des patients au DEP via des applications et enregistreurs mobiles ainsi que des dispositifs électroniques intégrés au textile. En effet, le bénéfice médical de la plupart de ces applications de cybersanté pour les médecins assurant la prise en charge ultérieure du patient (pertinence pour le traitement) reste encore flou. Du point de vue de santésuisse, il faut en particulier tenir compte également des répercussions financières potentielles découlant des exigences élevées de ces applications de cybersanté (p. ex. qualité, fiabilité, sécurité et protection des données etc.) et les mettre en relation avec le bénéfice médical réel démontrable.


06.09.2018
Consultation

«L’ambulatoire avant le stationnaire»: santésuisse soutient l’adaptation de l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS) avec certaines réserves

n'existe qu'en allemand santésuisse soutient sur le fond la nouvelle adaptation de l’OPAS concernant le principe de «l’ambulatoire avant le stationnaire» ainsi que les compléments prévus pour le fichier de données médicales avec la justification d’un traitement stationnaire. Nous soutenons l’attribution de la compétence aux partenaires tarifaires pour convenir des modalités de la procédure de contrôle des critères (selon l’annexe 1a ch. II OPAS). Parallèlement, nous regrettons que le traitement préalable des procédures de contrôle (ex ante), suggéré à plusieurs reprises par santésuisse, ainsi que l’obligation d’un traitement électronique standardisé des procédures de contrôle, réclamée par nos soins, n’aient pas été intégrés dans l’ordonnance. santésuisse s’est toujours prononcée explicitement en faveur d’un traitement préalable ex ante des procédures de contrôle. Par ailleurs, santésuisse s’oppose à toute extension du catalogue de procédures CHOP, l’intégration d’éléments extérieurs étant contraire au concept du catalogue.


04.07.2018
Consultation

Canton du Valais: révision totale de la loi sur la santé (LS)

santésuisse se félicite des ajustements prévus dans la loi sur la santé publique du canton du Valais dans le but de garantir une qualité élevée des soins. Les exigences relatives à la planification des soins médicaux ambulatoires spécialisés devraient être précisées. Il convient de tenir compte du fait que la LAMal prévoit explicitement le libre choix du médecin et de l‘hôpital pour les assurés dans toute la Suisse, c’est-à-dire également en dehors du canton. Selon santésuisse, la réglementation par le canton des équipements médico-techniques lourds n’est pas la bonne manière de maîtriser les coûts de la population. Le recours à ces prestations se fait au niveau intercantonal. Avec une structure tarifaire appropriée dans le domaine de l’imagerie médicale, les incitations erronées actuelles peuvent être éliminées et le problème du surapprovisionnement être ainsi réduit. Cela permettrait de contrôler les coûts selon les critères de l’économie de marché, sans que l’État n’ait à intervenir pour prendre des mesures de correction.


08.06.2018
Consultation

santésuisse salue la modification de la loi sur les produits thérapeutiques LPTh et de la loi fédérale sur les entraves techniques au commerce LETC (alignements sur les règlements de l‘UE)

Sur le principe, santésuisse est favorable à l’alignement du droit relatif aux dispositifs médicaux en vigueur en Suisse sur les deux nouveaux règlements de l’UE, l’objectif étant d’améliorer la qualité et la sécurité des dispositifs médicaux en Suisse. santésuisse salue également les adaptations du droit relatif à la recherche sur l’être humain. De plus, l’association soutient les mesures proposées pour éviter les entraves techniques au commerce. Les ajustements doivent toutefois être proportionnés et efficaces en termes de coûts pour éviter une hausse des primes. n'existe qu'en allemand


29.05.2018
Consultation

Révision totale de l'ordonnance sur les autorisations dans le domaine des médicaments (OAMéd)

n'existe qu'en français santésuisse salue la révision totale de l'ordonnance sur les autorisations dans le domaine des médicaments (OAMéd). Diverse conditions et responsabilités dans le domaine de la fabrication et de la vente en gros de médicaments y sont décrites plus en détail. De plus, les activités de courtage et des agences dans le cadre des produits pharmaceutiques sont également incluses dans la nouvelle ordonnance.


03.05.2018
Consultation

Prise de position de santésuisse concernant la proposition de la commission d’instaurer de la transparence en matière de lobbyisme au Parlement fédéral (15.438 Iv.pa. Berberat)

n'existe qu'en allemand santésuisse considère qu’une commission ne doit pas avoir la compétence de décider qui, en tant que lobbyiste ou personne privée, peut rendre visite à un ou une parlementaire au Parlement fédéral. Une exclusion générale de certains intérêts n’aurait selon santésuisse aucun sens, car il existe de nombreuses autres possibilités pour contacter les élus du peuple. Ce qui importe, c’est de garantir l’égalité de traitement de tous les intérêts et de leurs représentantes et représentants qui sont directement concernés par un projet.


20.04.2018
Consultation

Exonérer les enfants du paiement des primes d'assurance-maladie» et modification des catégories de primes pour les enfants, les jeunes et les jeunes adultes

N'existe qu'en allemand Dans sa prise de position concernant les initiatives parlementaires 10.407 «Exonérer les enfants du paiement des primes d'assurance-maladie» et 13.477 «LAMal. Révision des catégories de primes enfants, jeunes et jeunes adultes», santésuisse se déclare favorable à un allègement des primes pour les jeunes adultes de 19 à 25 ans. Globalement, cette proposition est la plus indiquée du point de vue de la politique sociale pour atteindre les objectifs visés. santésuisse rejette en revanche un allègement financier pour les assurés de 26 à 35 ans, de même que l’introduction d’une compensation des risques séparée pour les enfants (moins de 19 ans). Actuellement déjà, ces assurés paient une prime conforme au risque si bien que l’introduction d’une compensation des risques séparée pour cette catégorie d’âge n’apporte aucun avantage supplémentaire.


15.02.2018
Consultation

santésuisse unterstützt die Leistungszuteilung «Komplexe hochspezialisierte Viszeralchirurgie»

n'existe qu'en allemand santésuisse approuve l’attribution des mandats de prestations aux fournisseurs de prestations dans le domaine de la chirurgie viscérale complexe hautement spécialisée, laquelle a été proposée dans le cadre de la réévaluation par l’organe scientifique de médecine hautement spécialisée (MHS). santésuisse émet en revanche des réserves quant à la pondération identique du critère « Enseignement, formation continue et recherche » à celle des autres critères pour garantir un approvisionnement en soins adapté aux besoins, de haute qualité et économique. santésuisse considère en effet que la concentration de l’enseignement, de la formation continue et de la recherche sur quelques centres (universitaires) pourrait avoir un impact positif sur l’efficacité et l’efficience. A l’inverse, une pondération plus forte devrait être accordée à l’avenir au critère de l’économicité. L’accomplissement de ce critère devrait être une condition impérative pour une nouvelle attribution lors de la prochaine réévaluation.



Interlocutrice

Tâches du service juridique

Le service juridique de santésuisse coordonne les prises de position relatives aux projets de loi cantonaux et fédéraux, et influe ainsi sur la politique de la santé de la Confédération, des cantons et des communes. Il soutient les membres, notamment pour les questions relevant de l’assurance-maladie et accidents sociale ainsi que du système de santé en général.

Ces prises de position sont rédigées par des spécialistes de santésuisse et, en fonction des sujets concernés, en collaboration avec tarifsuisse sa, SASIS SA et la SVK. Elles sont discutées au préalable par les groupes de travail correspondants avant d’être envoyées en consultation aux membres. Les prises de position concernant des projets de loi ayant une importance politique sont toujours coordonnées avec le ressort Politique ainsi qu’avec le groupe de travail Politique de la santé.

Les prises de position peuvent être consultées ici librement. Avant l’envoi d’une prise de position, la nécessité voire l’utilité d’un accompagnement médiatique est évaluée.