15.12.2021
Prise de position

2e volet de mesures visant à maîtriser les coûts: peu d’effet sur la croissance des coûts

D’après l’OFSP, 20 pour cent des prestations médicales sont superflues. Elles n’apportent aucune amélioration à la santé des patients et peuvent même, potentiellement, être nuisibles. De plus, les prix déboursés par les payeurs de primes dans de nombreux domaines sont excessifs, contribuant ainsi au niveau de coûts élevé dans le système de santé suisse. santésuisse soutient les mesures qui augmentent la qualité des traitements tout en contribuant à maîtriser la hausse des coûts. Néanmoins, les propositions formulées par le Conseil fédéral dans le cadre du 2e volet de mesures visant à freiner la hausse des coûts n’ont qu’un effet minime sur l’augmentation des coûts et peuvent même en partie entraîner des surcoûts.


24.11.2021
Prise de position

Financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS)

Le financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires (EFAS) vise à réorganiser les flux financiers différents dans les domaines ambulatoire et stationnaire. L’EFAS réduit les incitations dommageables résultant du fait que ces deux domaines sont actuellement subventionnés de manière différente. L’EFAS pourrait alléger la charge croissante pesant sur les payeurs de primes selon le crédo «l’ambulatoire avant le stationnaire» et accroître l’attrait des modèles de soins intégrés. santésuisse soutient la réforme si les payeurs de primes sont gagnants et si les avantages possibles offerts par l’EFAS sont effectivement concrétisés. Le projet de financement uniforme ne peut cependant pas remplacer les efforts permanents pour juguler la croissance des coûts et augmenter l’efficience et la qualité dans tous les domaines du système de santé.


22.11.2021
Prise de position

Accord de branche concernant les intermédiaires: des conseils sérieux au profit des assurés

Le nouvel accord de branche de santésuisse et de curafutura est entré en vigueur le 1er janvier 2021. Il a pour but de réglementer la qualité du conseil fourni par les intermédiaires et la rémunération qui leur est versée pour la prospection des clients. Il vise aussi à déclarer l’obligation générale des différentes dispositions de l’accord. Un projet de loi qui prévoit l’obligation générale et reprend la plupart des points de l’accord de branche est actuellement en discussion. Sur certains points néanmoins, le projet va inutilement plus loin que les exigences formulées dans l’accord de branche.


18.11.2021
Prise de position

Initiative pour un frein aux coûts: pilotage des coûts par les partenaires tarifaires plutôt qu'objectif global de coûts

santésuisse soutient les mesures qui sont prises dans l’intérêt des payeurs de primes, qui améliorent la qualité des traitements et sont de nature à contribuer à la maîtrise des coûts dans le système de santé. C’est pourquoi santésuisse soutient tous les efforts qui permettent de freiner par des mesures adéquates la croissance des coûts. En principe, un objectif de coûts peut exercer une pression sur les fournisseurs de prestations. Toutefois, la question de la mise en œuvre d’un objectif général tel que prévu par l’initiative pour un frein aux coûts n’est, dans la pratique, pas résolue. Un pilotage des coûts par les partenaires tarifaires selon une approche «du bas vers le haut» est par conséquent indispensable et clairement préférable à un objectif de coûts fixé «par le haut». Il faut absolument éviter le rationnement et la perte de qualité.


29.10.2021
Prise de position

Initiative d’allègement des primes: freiner la croissance des coûts plutôt que lutter contre les symptômes

L’initiative populaire socialiste «Maximum 10 pour cent du revenu pour les primes d’assurance-maladie» (initiative d’allègement des primes) demande de soulager une partie des payeurs de primes. Les assurés ne devraient pas débourser plus de 10 pour cent de leur revenu disponible pour s’en acquitter. Cet objectif doit être atteint par des réductions individuelles des primes (RIP) plus élevées. Le Conseil fédéral rejette l’initiative et lui oppose un contre-projet indirect, lequel prévoit que les cantons respectent davantage leurs obligations financières, ce qui est logique pour santésuisse. Mais les deux projets ne résolvent pas le problème de la croissance des coûts de la santé. Il faut donc plutôt mettre l’accent sur les mesures visant à freiner la hausse des coûts.


27.10.2021
Prise de position

Modernisation du système tarifaire ambulatoire: rémunération toujours identique de la même prestation

Le tarif médical ambulatoire TARMED est entré en vigueur en 2004. Compte tenu des évolutions technologiques ainsi que de lacunes fondamentales du TARMED, une modernisation du tarif à l’acte s’impose depuis plusieurs années déjà. santésuisse milite en faveur d’une rémunération des prestations ambulatoires sur la base de forfaits, comme cela est pratiqué avec succès dans le domaine stationnaire depuis de nombreuses années. Grâce à la décision du Parlement, les tarifs forfaitaires sont enfin promus au rang de tarif médical principal dans le domaine ambulatoire. Les prestations ne pouvant faire l’objet d’un forfait continuent à être facturées au moyen du tarif à l’acte ou du tarif horaire.


01.10.2021
Prise de position

Faire progresser la numérisation du système de santé

Assureurs, fournisseurs de prestations ainsi que la population doivent enfin pouvoir utiliser le potentiel encore inexploité qu’offre la numérisation. En effet, par rapport à d’autres pays, celle-ci n’est guère développée en Suisse dans le domaine de la santé et présente un grand potentiel d’optimisation.


01.10.2021
Prise de position

1er volet de volet de mesures visant à maîtriser les coûts: des mesures complémentaires sont nécessaires

santésuisse soutient les mesures qui sont prises dans l’intérêt des payeurs de primes, qui améliorent la qualité des traitements tout en freinant la croissance des coûts. Dans cette optique, santésuisse soutient notamment l’introduction d’un système de prix de référence pour les médicaments dont le brevet a expiré ou le pilotage des coûts par les partenaires tarifaires. Toutefois, d’autres mesures sont nécessaires pour atteindre l’objectif de maîtrise des coûts.


01.10.2021
Prise de position

Une baisse des prix des médicaments s'impose depuis longtemps

Les patientes et patients paient chaque année plusieurs centaines de millions de francs en trop pour les génériques. Depuis des années, les politiciens au niveau national se disputent sur la manière de faire baisser les prix excessifs des médicaments en Suisse. Avec le 1er volet des mesures du Conseil fédéral visant à freiner les coûts, le Parlement a une nouvelle fois la chance d’introduire des prix plus bas pour les génériques. santésuisse est d’avis que pour y parvenir, il est essentiel d’introduire le système de prix de référence pour les médicaments dont le brevet a expiré.